Problème d’identité de genre : quelques questions pour y voir clair

Depuis de nombreuses années, la pluralité des identités de genre continue de prendre une ascension très intéressante. Cependant, il s’agit d’une notion qui paraît nouvelle pour plusieurs personnes. Pour limiter les confusions à ce niveau, l’Organisation mondiale de la santé a supprimé le thème « transidentité » des troubles mentaux. Cependant, quelles sont les questions à se poser pour régler les problèmes d’identité de genre dont vous faites face ?

Pourquoi s’interroger sur son sexe physiologique ?

L’identité sexuée reste le moyen idéal pour définir la nature d’une personne. Aujourd’hui, il est normal de se poser certaines questions sur son identité de genre. Si vous faites face à une telle situation, n’hésitez pas à visiter ce site pour avoir des réponses concrètes.

En effet, le sexe psychologique se présente comme un véritable concept assez fluide. Il évolue au fil du temps et dans la vie de chaque personne. En effet, les manières dont chacun réfléchit sur soi et sur les autres évoluent progressivement et changent en fonction des années et des contextes. Le changement peut survenir rapidement chez certaines personnes. Pour d’autres, le processus peut être long.

L’identité de genre se construit en général par éducation, opposition ou sécurité. En fonction des expériences vécues et des histoires de vie, certaines personnes peuvent se questionner sur leur identité sexuelle. Cela peut aboutir à la déconstruction puis à l’adoption de nouveaux modes de vie. Voilà l’une des raisons pour lesquelles la prise de conscience à propos du sexe psychologique est considérée comme un processus particulier. 

Quelles sont les différentes identités de genre qui existent ?

Aujourd’hui, il existe plusieurs identités sexuées. Parmi les plus populaires, il peut être cité : 

  1. Le cisgenre : l’identité sexuée de la personne correspond au sexe qui lui a été assigné.
  2. Le féminin : l’individu se reconnaît dans les caractéristiques féminines.
  3. Le fluide : l’identité sexuée et les expressions de genre dépendent des circonstances et de la période.
  4. Le masculin : la personne est en parfait accord avec les particularités masculines.
  5. Le non-binaire : cette identité sexuée concerne les personnes qui ne se reconnaissent pas dans le genre masculin et dans le genre féminin. Elles se définissent en dehors de cette bipolarité.
  6. Le transgenre : la personne n’accepte pas le sexe assigné, mais préfère avoir un sexe différent.
  7. Le queer : cela concerne les personnes qui se définissent comme étant hors de l’hétéronormativité.

Par ailleurs, il existe également plusieurs autres identités sexuées non populaires. C’est le cas par exemple de l’agenre. Les personnes se trouvant dans cette situation se présentent comme des individus n’ayant aucun genre en particulier. Par ailleurs, il ne faut pas négliger l’identité androgyne. Cette dernière correspond aux personnes dont l’expression genrée n’est pas binaire. Par conséquent, elles trouvent leur place entre le féminin et le masculin.